Le port mobilisé pour l’écosystème

Extrait de la newsletter de mai – juin 2014 du Port de Bordeaux

 

Bordeaux port atlantique mobilisé pour l’écosystème estuarien

A la fois aménageur et gestionnaire du domaine, dont il a la gestion Bordeaux Port Atlantique veille à préserver la richesse des espaces naturels de sa circonscription (terrains, berges, ou plan d’eau). C’est dans cette optique qu’il s’est associé à deux reprises au comité régional des pêches, dans une convention visant à soutenir le repeuplement en civelles (anguilles de moins de 12 cm) dans l’unité de gestion de l’anguille Garonne-Dordogne-Charente.

Deux opérations ont ainsi été lancées en 2012 et 2013 afin de restaurer la population d’anguilles en forte baisse. Poisson emblématique de l’estuaire, les civelles entrent dans la Gironde et y grandissent pour devenir des anguilles, qui rejoignent à leur tour la mer des Sargasses pour se reproduire (zone calme de l’Atlantique nord à l’est des Etats-Unis). Le programme de repeuplement, qui prévoit la pêche et le transfert de civelles vers les lacs médocains, leur permet de se développer dans un espace calme et préservé, augmentant ainsi le nombre d’individus arrivant en âge de se reproduire. Renouvelée et plus importante, la population d’anguilles pourra ainsi retrouver toute sa place dans l’estuaire de la Gironde.

Au côté de l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA) et du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, le port de Bordeaux finance ces opérations à hauteur de 15 000 € .

Une expérience prometteuse au regard de la survie et de la bonne qualité des individus suite au lancement de la première opération en 2012, qui avait permis le transfert sur les étangs de Cousseau et Lacanau de 600 kg de civelles. Le programme 2013, qui prévoit le marquage des civelles, fera lui aussi l’objet de suivis (à 6 mois, 1 an et 3 ans) dont les résultats seront diffusés auprès des partenaires.

Restaurer la population d’anguilles est en effet un enjeu environnemental fort, que Bordeaux Port Atlantique, partenaire de l’opération, intègre pleinement dans sa politique de préservation de la richesse environnementale de l’estuaire.